De l’Inde au Canada

Des allergies. Des putain de connasses méchantes allergies ont fait de mes six mois de stage en Inde un malheureux voyage de quatre semaines.

J’ai atterri à l’aéroport international Indira Gandhi, de New Delhi, le 23 septembre 2010. Le même jour, j’ai découvert mon logement, mon lieu de stage et mes futurs collègues.

Sans grande surprise, tout se déroulait comme prévu et mes six mois indiens s’amorçaient de belle manière… Mais c’était sans compter sur une toute autre rencontre faite ce jour là. Une présence qui dans un premier temps a su rester discrète, anodine, que j’ai à peine remarquée mais qui bien vite a pris une importance toute particulière dans ma vie quotidienne. J’ai rencontré… mon allergie à la pollution.

Déjà sujet à quelques allergies bénignes en France (acariens, pollen, chat, les grands classiques), je m’attendais un peu à quelques réactions. New Delhi n’étant pas réputée pour son hygiène irréprochable, mes premiers symptômes n’étaient donc pas très alarmants. C’est la rapide évolution de ces réactions qui a fini par m’inquiéter.

Après quelques jours seulement, je sentais que la bataille Médication préventive VS. Allergies allait dans le sens des Forces du Mal, qui officiaient sur un terrain favorable. Je ne m’étais pas trompé, car encore quelques jours et l’armée de ma santé demandait un renfort de puissantes troupes médicamenteuses en provenance de France. Coup de bol, de la famille arrivait de Saint-Caradec à Delhi, m’apportant au passage un sac de médocs dédié.

Malheureusement, le renfort fut tout autant inutile que navrant… Certes les démangeaisons ont cessé, mais pour un temps seulement. Car des rougeurs semblables à de l’urticaire envahirent mes quatre membres et mon thorax s’est retrouvé prisonnier d’une cage invisible et oppressante.

J’ai finalement décidé de consulter des médecins autochtones. Médecins qui semblaient confondre les termes « patient » et « client ». Les batteries de tests et les années de traitements qu’ils m’ont conseillés en me regardant comme si j’étais un portefeuille vivant ne m’ont pas vraiment inspiré confiance. Une désensibilisation. C’est la seule solution qu’ils ont trouvée. Entre trois et cinq ans de traitement. Premier résultats visibles : entre douze dix huit mois. « Heu les gars, je ne reste que six mois ».

Rentrer ou passer six mois sans respirer ? Pas vraiment le choix. L’eczéma, l’urticaire et les difficultés respiratoires ont eu raison de mes ambitions. J’ai refait ma valise à peine défaite et suis reparti en France après moins d’un mois de séjour. Une maigre compensation fut toutefois cette bouffée d’air frais en sortant de l’avion à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Un triste soulagement : j’étais sous la grisaille parisienne, mais mes allergies étaient parties.

La transition suivant ce retour ne fut pas simple. Loin de l’exotisme, des rencontres et de l’excitation que procure la découverte d’un nouveau pays, ma terre natale était devenue ma terre d’exil. Les joyeuses courses colorées dans les rues de Delhi ont (trop) rapidement laissé leur place à des déplacements sans but dans la platitude et la froideur des paysages sans intérêts de la campagne bretonne.

Malgré tout, je n’ai perdu ni espoir, ni ambition. Et entre les longues journées sans activité à la maison, les dures journées de labeur dans les usines du centre Bretagne et les weekends festifs et revigorants (merci les potos), je suis parvenu à décrocher deux stages, un visa et un billet d’avion aller/retour. Direction : le Canada !

Le 22 janvier 2011, soit quatre mois jour pour jour après mon départ pour New Delhi, j’ai décollé de nouveau, cette fois pour Montréal. Je vais y passer un peu plus de deux mois pour un stage dans une radio étudiante alterné d’un job qu’il me tarde déjà de décrocher. Ensuite, départ pour l’Ontario, à Sudbury, où un deuxième stage m’attend sagement, cette fois dans la presse écrite. Retour en France programmé à fin juin.

El Cojano is away once angain !

air-india-14En espérant que ça se passe mieux…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s