Le printemps québécois

Hier, dimanche 20 mars 2011, mon esprit était envahi d’un bien difficile dilemme. La question « Que vais-je écrire sur mon blog demain ? » n’a eu de cesse de me torturer pendant cette journée à double tranchant : à la fois premier tour des élections cantonales et veille de l’ouverture officielle du printemps.

Les élections cantonales françaises ou le printemps au Québec ?

Je n’ai pas choisi mon article, les résultats des élections l’ont choisi pour moi.

M’attendant, dans le canton de Loudéac, a un duel intéressant, j’avais prévu de consacrer une partie de ma semaine à un soutien passif au candidat pour lequel ma procuration a servi. (Enfin, j’espère…) Malheureusement, le score fut sans appel dans le canton, et le candidat sortant a été réélu avec 52,7 % des voix. Alors que franchement, bon.

Passons donc sur ma déception et concentrons-nous sur un événement beaucoup plus joyeux et frivole : le retour tant attendu du printemps.

Sur le papier, c’est un fait avéré : nous sommes le 21 mars, et c’est le printemps. Point.

Par la fenêtre, on pourrait toutefois avoir des doutes…

Je sais pas pour vous (enfin si, je sais, je regarde Charlotte Le Bon sur Canal+ replay), mais ici le printemps n’a pas fière allure.

Ainsi, ce matin, ma déception a surpassé ma surprise lorsque le rideau de ma fenêtre découvrit la triste danse de centaines de flocons de neige emportés dans un faible vent de « printemps ».

Dans l’après-midi, les températures pleines de bravoures ont victorieusement dépassé le seuil critique et titillé le positif (0,5 – 0,6°C), et la neige mélancolique a laissé sa place à de froides gouttes cinglantes. En soirée, les gouttes sont redevenues flocons quelques heures, puis les nuages cessèrent leur évacuation et s’en allèrent, laissant leur place aux fumées radioactives japonaises.

Quel triste démarrage pour ce printemps 2011.

Je suis arrivé au Québec le 22 janvier. Et ces 66 jours représentent déjà l’hiver le plus rigoureux et le plus long de ma vie.

J’étais prévenu : « l’hiver québécois, c’est pas un hiver de fif ! » (http://www.dictionnaire-quebecois.com/definitions-f.html) Et vu sous certains angles (la découverte et l’expérience en tête), ce fut même un hiver plutôt agréable, voyez plutôt.

La grande majorité de ces vidéos datent des mois de janvier et février, car je dois reconnaître que le mois de mars nous a donné un bel avant-goût de printemps.

Ces quinze derniers jours à Montréal ont en effet été plutôt généreux avec les températures positives, la pluie et le soleil. Les patinoires de plein air ont fermé leurs portes, les grandes étendues blanches ont perdu du terrain sur la verdure qu’elles recouvraient, les petits animaux ont commencé à sortir de leurs tanières et ma tuque et mes mitaines restent coincées dans le placard.

C’est probablement plus mental que physique, mais friser les 10°C avec un grand soleil et un ciel bleu a un côté extrêmement réconfortant et bienfaiteur. Et si ce jour de printemps raté me rappelle un peu trop brutalement que l’hiver québécois traîne en longueur, il n’entame pas mon impatience et mon envie de sortir les chemisettes d’été et les bermudas !

Le printemps n’a qu’à bien se tenir : s’il ne vient pas à moi, c’est moi qui irais le chercher !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s