Bretons du Canada

Ce samedi matin, à 7 h 00, un bus de la compagnie Greyhound Canada me mènera vers Sudbury, en plein milieu de l’Ontario. Mais plutôt que de me lancer dans des estimations de mon proche avenir canadien, je pense que le temps est adéquat à un retour en arrière sur ces premières semaines dans ce pays où il fait froid.

Pour la faire courte : arrivée par – 30°C, une semaine d’hébergement chez des potes, début d’un stage assez peinard, emménagement dans une colloc trop cool, trouvage d’un boulot bien mais pas top, semaine de ski, toujours le stage qui tourne, plus de taf, un peu plus de temps passé au stage, le printemps met du temps à se montrer, un peu plus de temps passé à la coloc, un peu plus de temps passé à visiter, fin du stage, fin de la coloc, fin de l’hiver (?).

Finalement ça se résume assez rapidement…

En repensant à ces deux mois et demi passés à Montréal, je constate également que c’est vrai, ce qu’on dit. Ils sont partout. Ces Bretons, ils sont partout.

Les Bretons que j’ai rencontrés au Québec

  1. 22 janvier : Emilie, de Saint-Caradec, mon hôte des premiers jours
  2. 23 janvier : Gwen, à l’auberge de jeunesse Chez Jean, est Normand d’origines bretonnes
  3. 24 janvier : Louise, collègue de la radio ChoqFM, a des originaires de Merdrignac
  4. 25 janvier : je découvre une crêperie bretonne, « Ty Breizh », près de mon futur logement à Montréal
  5. 25 janvier : haletant au belvédère du sommet du Mont Royal, j’accepte de prendre en photo un couple en vacances, originaire de Dinan et St Malo
  6. 29 janvier : Sophie, 28 ans, de Vannes et rencontrée à Québec, est stagiaire en pharmacie dans un hôpital de Montréal.
  7. 29 janvier : découverte d’une crêperie bretonne en centre-ville de Québec
  8. 30 janvier : découverte d’un café breton en centre ville de Québec
  9. 2 février : première interview pour la radio. Une équipe de trois chercheurs : deux Québécois et une bretonne de Vannes, Catherine, professeur en biologie, qui passe sa vie entre Nantes et Montréal
  10. 12 février : Delphine, la copine d’un de mes colocs, vient de Fouesnant et est à Montréal depuis plusieurs années
  11. 18 février : découverte d’une autre crêperie bretonne, « Le Triskell », dans le quartier latin
  12. 19 février : Gaëlle, originaire de Plouagat, est serveuse dans un café où j’avais rendez vous pour le travail et entame sa deuxième année à Montréal
  13. 22 février : Dans le métro Jarry, alors que j’étais encore collecteur de fonds, j’arrête Julien, la petite trentaine, de Saint-Barnabé, à Montréal depuis un an
  14. 10 mars : j’héberge tout le weekend une compatriote de mon école Nantaise. Elle est arrivée à Toronto le même jour que moi à Montréal pour une année de PVT
  15. 12 mars : Concert de Dub Inc, en centre ville. A la sortie des vestiaires, je tape la causette à un Guingampais en vacances
  16. 25 mars : Avec l’un de mes collocs, je me fais entraîner par je ne sais quelle force de la nature dans une soirée pleine de monde et de bières. Je n’ai que des souvenirs très flous de ce moment, mais je me rappelle clairement avoir parlé avec un Rennais et deux Vannetais.

Seize rencontres de bretons en l’espace de dix semaines, ça donne une occasion de parler de complète et de beurre salé tous les 4,4* jours. Je suis sans doute trop optimiste, mais j’espère vivement tenir cette moyenne à Sudbury…

 *Qui osera dire maintenant que la Loire-Atlantique n’est pas bretonne ?

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s