Les chutes du Niagara ou le complexe canadien

Il est un fait avéré et bien connu que les Américains (États-uniens) constituent un peuple à majorité inculte et égocentrique. Ou du moins à forte proportion.

Ainsi, nombre d’entre eux pense que le Minnesota est un pays et l’Alaska une sauce modérément épicée pour viande de bébé phoque. D’autres se souviennent avoir appris en cours d’histoire géo avec Mme Chapman, la nouvelle prof un peu coincée mais trop bonne quand elle retire ses lunettes, que Londres est la capitale de la France et que leurs ainés ont mis une dérouillée aux Vietnamiens en 1944.

Toutefois, il faut reconnaître aux Américains une connaissance assez répandue : le Canada. La plupart d’entre eux est au courant de l’existence de ce territoire et la plupart de cette plupart là sait qu’il se trouve au nord. Très peu savent en revanche que le Canada est habité. Et de toute façon l’immense majorité (politiques compris) s’en tamponne gaillardement.

monde-vu-des-usa

Le monde vu par les Américains.

De l’autre côté de la frontière la donne n’est pas la même. Les Canadiens sont plus cultivés et ont conscience qu’un monde extérieur entoure leur pays. Ils connaissent aussi leur histoire et leurs origines. Mais, à l’inverse de leurs collègues du sud, tous ne vouent pas la même fidélité à leur nation.

Par exemple, les Canadiens du Québec ne sont pas fiers d’être canadiens : ils sont fiers d’être des Québécois. Et la haute classe politico-culturello-intello-médiatique montréalaise, elle, présente une certaine frustration à ne pas faire partie de la haute classe politico-culturello-intello-médiatique parisienne (à l’exception, bien entendu, des membres de cette haute classe politico-machin-bidule qui défendent la culture et les intérêts du Québec : eux, ce sont et resteront des Québécois).

En Ontario, les descendants des communautés autochtones ne sont pas fiers d’être canadiens, car les Canadiens sont des squatteurs qui non seulement ne paient pas leur loyer, mais qui en plus en ont mis sévère sur la gueule de leurs ancêtres. Ils sont simplement fiers d’être des Autochtones. Les Franco-ontariens (les Ontariens qui jasent avec Molière – beaucoup plus nombreux qu’on croirait) ne sont pas tellement fiers non plus d’être canadiens. Ils sont fiers d’être Franco-ontariens avant tout ! (Et aussi Québécois pour une bonne partie d’entre eux, puisque nés là-bas.)

Enfin, les Ontariens anglophones ne sont pas fiers d’être canadiens. Ils sont frustrés de ne pas être américains. (N’ayant pas mis les pieds dans les autres provinces, je n’en parlerai pas – même si je pense que la tendance est sensiblement similaire.)

Cette frustration, si elle se laisse facilement ressentir à Sudbury, est beaucoup plus palpable à Toronto, et compose 95 % de l’air dans la région des Chutes du Niagara (les 5 % restants étant des micro gouttes d’eau émanant des chutes).

Quel fut mon désarroi lorsque je m’y suis rendu, le 24 avril dernier (oui, je sais, je n’actualise pas beaucoup le blog, mais mon stage me prend du temps) (et de toute façon je vous emmerde). Car bien avant que mes yeux ne découvrent ce banal spectacle de douches géantes à l’état sauvage, mon cerveau et mon bon sens ont subit mille tourments en traversant la ville canadienne de Niagara Falls. Pour vous en donner une idée, voici un petit aperçu.

 

Pourquoi ? Pourquoi tout ce business dégueulasse ? Pourquoi transformer une œuvre de la nature en un mini Disneyland ? Pourquoi vouloir se faire autant de fric sur les flans de pauvres chutes d’eau innocentes ?

m’enquis-je en mon for intérieur, avant de faire part de mes impressions à mon pote et co-touriste Thomas, qui a mon grand soulagement était pris des mêmes nausées.

Des parcs d’attractions débiles, des fast-foods à foison et des hôtels plus hauts les uns que les autres ! Une débauche capitaliste qui, non contente de sucer le fric de touristes cupides, s’amuse à transformer un paysage naturel plein de caractère en une horreur bétonnée.

Niagara-Falls-1910

Pourquoi ? Finalement la réponse semble simple :

Pour montrer aux Américains qu’on n’est pas des pédés !

 

Les Chutes du Niagara font partie des attraits touristiques faisant la renommée du Canada. Et force est de constater qu’autorités et entrepreneurs ont su en profiter. Et à la sauce américaine, l’air de dire : « On va faire comme les Américains et se faire plus de pognon qu’eux avec les chutes, ça leur fera les pieds e ils fermeront leur gueule, il ne fait pas si froid au Canada, l’hiver ne dure que neuf mois ! »

Ce qui est cocasse, c’est que de l’autre côté de la rivière, en territoire USA, les chutes jouissent d’une totale sobriété et d’un très loyal respect de leur nature.

Après l’horreur vécue du côté canadien, se reposer dans cette nature américaine pleine d’écureuils et rythmée par les pious pious des zosios et le bruit du courant de la rivière est aussi jouissif qu’un bon massage du cuir chevelu.

Pour une fois, il est important de noter l’intelligence américaine. Les USA ne se sont pas laissé dépasser par leur soif d’oseille et ont su exploiter une ressource de tourisme naturel avec respect et dignité. (Il est aussi fort probable que disposant de milliers d’autres attractions dans le reste du pays, ils ont simplement laissé ces insignifiantes chutes d’eau à la merci des Canadiens, ça leur fera les pieds à ces bouffeurs de caribous.)

Pour finir sur le sujet, si mon incompréhension et mon dégoût étaient très forts ce jour là, mon ambition de devenir un journaliste intègre et objectif me pousse à proposer une explication plus recherchée que : « bande d’enculés ».

C’est ainsi que Thomas, alors que l’on retraversait la rivière en direction du Nord, scrutant ces hideuses tours destructrices de paysage, lança :

« En fait ils ont peut-être construit ces horreurs pour pourrir les photos des Américains… »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s