Central Park

Droit, fier. Rectangle parfaitement régulier et imperturbable de 800 mètres de large et quatre kilomètres de long. 341 hectares de vert, de blanc, de gris ou d’orangé selon les saisons. Pause bienveillante de verdure dans un océan de gratte-ciels. Murmure de la nature dans une réalité en béton. 

Représentant un dix-septième et demi de Manhattan et un trois-cent-cinquante-sixième de la ville entière, il est l’une des adresses les plus mythiques de New York. A échelle française, il est trente fois plus petit que Paris, mais on pourrait y loger sept cimetières du Père-Lachaise. A échelle bretonne, il est quatorze fois plus petit que Rennes, mais accueillerait trente-quatre jardins du Thabor.

Central Park, c’est un (très) grand rectangle vert, entouré de buildings, avec des arbres, des lacs, des pigeons, des canards, des écureuils et plein, plein, plein de monde.

 

Et Central Park, c’est aussi un endroit où les saxophonistes se prennent pour des grenouilles en tong.
 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s