Croisière gratuite sur l’East River : la déontologie est un sport de combat

 « Bonjour Thibaut,

Merci encore pour l’interview de ce matin. Je tenais juste à ajouter que bla bla rayonnement culturel bla bla bla bla notre rapide développement bla bla bla invités d’exception bla bla putes. 

Par ailleurs, j’aimerais vous inviter, toi et Alexis (mon chef) à notre prochaine croisière sur l’East River.

A bientôt ! »

Bible de tout journaliste qui se respecte, la charte de Munich, aussi appelée Déclaration des devoirs et des droits du journaliste, dicte aux professionnels concernés de « s’interdire (…) de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information ».

Publication d’une information, croisière sur l’East River ou les deux ? Inévitablement, cet innocent courriel de remerciement m’embarqua dans un insoutenable conflit intérieur d’une bonne quinzaine de secondes.

Schtroumpf-a-lunettes

Hé hé hé ! Une croisière sur l’East River !

Sur le Nil, sur l’East River ou en mer d’Iroise, c’est un avantage en raison de la publication d’une information.

Cette croisière coûte 50 $ normalement, ça ne se refuse pas.

diablotin-hahaha-copie-4

Un cadeau à 50 $ ? On veut t’utiliser !

Et alors ? Et puis, et puis… Et puis c’est aussi une bonne raison de créer des liens avec des acteurs de l’information locale. 

Pourquoi faire ? Il te reste qu’une pauvre semaine de stage ! 

Justement, ce serait con de pas profiter de mes derniers jours à New York. 

La charte de Munich l’interdit.

Ouais mais j’ai rien signé, moi ! 

Un bon journaliste doit avoir conscience de ses responsabilités. 

Je serai pas le premier. Ni le dernier. 

Un journaliste total sait se démarquer de ses confrères. 

« Le journalisme total, c’est totalement con ! ». 

Gné ? 

Faut pas confondre connerie et déontologie.

Nan mais what the fuck ?! 

La déontologie, c’est pour les faibles. 

Je n’avalerai pas ça !

That’s what she said.
Et puis quoi, merde, une croisière gratos sur l’East River !

Ainsi, après un début bien difficile, le diablotin parvint avec brio et à grands coups d’arguments idiots à surprendre son moralisateur adversaire, renverser la situation et remporter cet intense débat.

Et grâce à lui, ce samedi soir là, j’embarquai avec mon chef, nos deux invitées (comprises dans la gratuité) et toute une grappe de vieux gens chics et nantis, sur ce petit yacht. Sa vue sur la skyline (comprise également), sa Statue de la Liberté (comprise toujours), son coucher de soleil (compris mais c’était un coup de bol) et son bar (non compris) (forcément).

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s