Du sang et des larmes, du génie et du navet

C’est l’histoire de quatre soldats américains qui se retrouvent coincés dans les montagnes d’Afghanistan entourés d’une armée de talibans emmenée par un méchant sans foi ni loi ni lobes d’oreilles et dont l’homme de main décapite les Américains à la machette. Bref ils sont un peu dans la merde.

RÉALISATION – 7/10

Le pire premier quart d’heure de l’histoire du cinéma. Une base américaine, une franche camaraderie entre soldats dégoulinante de niaiserie et un océan de patriotisme gerbant. Autant des fois ça passe, autant là… Bwah ! L’overdose.

Et puis la vraie histoire commence. Les gugusses partent dans les montagnes pour stalker les méchants talibans. Sauf que manque de bol, la radio ne marche pas, et en plus ils se font gauler par des bergers. La lose. Ils les capturent, quand même, et à partir de là le film devient monstrueux. Un premier débat (relâcher les Afghans ou les buter) installe gentiment une tension de ouf malade et à peine a-t-on le temps de souffler qu’ils se font encercler par une armée de talibans. S’en suit une longue et incroyablement bien foutue bataille d’une heure dans les montagnes. Une des plus belles scènes de guerre depuis le débarquement dans Le Soldat Ryan ou la bataille de Mogadiscio dans La chute du Faucon Noir. Classe ! De quoi tenir la tension de ouf malade jusqu’à la fin du film. Ou presque.

Jusqu’au dernier quart d’heure en fait, encore plus dégoulinant de bon sentiment patriotique que le premier. En plus du traditionnel petit texte blanc sur fond noir qui raconte comment tout s’est bien terminé, sauf pour ceux qui ont claqué, un insupportable diaporama des soldats morts pour leur patrie (les vrais cette fois). Ou comment gâcher la fin d’un bon film.

SCÉNARIO – 6/10

Tiré d’une histoire vraie. Sans doute pas tout, bien sûr, mais l’adaptation est réussie. Pas gagné pourtant : quatre gentils, 200 méchants, des montagnes, de la forêt… « Mouais, on va vite faire le tour ». Sauf que non. L’affaire est loin de se régler si vite. La faute a des soldats super résistants (crédibilité : moyen mais ça passe). Spectateur tenu en haleine. Pas une minute de répit malgré quelques feintes de pauses. Et un scénario qui trouve assez de ressources pour rebondir de temps en temps. Bien ouèj.

En revanche, pas bien ouèj, c’est de laisser si peu de place à l’inconnu, la première image du film étant celle du seul rescapé, facilement reconnaissable de surcroît (mais parce que je suis sympa et que je n’aime pas le spoiler je ne dirai pas duquel il s’agit). Le titre original (Lone Survivor) ne fait d’ailleurs pas dans le mystère.

Là où c’est nul, encore une fois, c’est sur le patriotisme. On sent que Peter Berg, ou son producteur, s’est senti obligé d’en faire de la grosse tartine. Franchement, ça gâche.

Mais dans l’ensemble, avec un peu de recul, ça reste un scénar’ assez classique, mais bougrement efficace.

Du-sang-et-des-larmes-film-2014

CASTING – 7/10

Des têtes connues, des têtes pas connues. Beaucoup de testostérone et de pectoraux, mais la direction est réussie et ça joue bien. Ça joue même vraiment pas mal du tout en ce qui concerne les quatre acteurs principaux. Bon disons trois.

TECHNIQUE – 8/10

Bande son Bridélice : légère et on aime ça ! Niveau bruit en général, c’est vraiment top.

BONUS (0)

Ouais, nan, tout est dit.

MALUS  (-2)

En plus du patriotisme (ai-je vraiment besoin de le répéter), la sur-utilisation du slow motion. L’image qui ralentit à n’importe quelle occasion, à la longue, c’est casse-burnes.

TOTAL : 26/40

DusangetdeslarmesMe regardez pas comme ça les mecs, c’est pas si mal.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s