Noé : le déluge

C’est l’histoire d’un gars qui construit une arche pour sauver les animaux du déluge que Dieu a décidé de lancer sur la planète pour tuer tous les hommes parce qu’ils ne sont pas cools avec les autres êtres vivants. Oui parce que Dieu l’a prévenu avant, sinon c’est pas drôle.

RÉALISATION – 4/10

Allez, on a du spectacle. Un peu. Ce film a tout d’un blockbuster insipide. Des personnages ni trop plats ni très intéressants, un rythme plus que prévisible mais pas chiant, des jolis plans de nature tout plein d’effets spéciaux, des filles sexy mais zéro nichon et surtout aucune originalité. Parfait pour décuver un dimanche aprem.

Surtout, ce film n’est pas digne de Darren Aronofsky. Un mec à qui l’on doit Black Swan, The Wrestler et Requiem for a dream devait vraiment avoir les couilles serrées dans les mains des producteurs pour sortir une telle daube. S’il avait un semblant de classe, il aurait refusé de signer.

SCÉNARIO – 1/10

N’ayant pas lu le bouquin avant, je me garderai bien de commenter l’adaptation. En tout cas ça a l’air bien merdique.

Je ne suis certes pas un grand fan de la Bible, mais ce Noé ne m’est pas inconnu. L’histoire que j’en ai entendu bien malgré moi, au catéchisme, alors que j’aurais préféré aller joueur au foot avec mes copains de l’école publique, avait l’air assez sympa. En tout cas tant qu’elle ne sortait pas de sa fonction première, à savoir aider les enfants à dormir. Là, en ajoutant des personnages archi caricaturaux, une dimension fantastique casse gueule et des bons sentiments mes couilles, c’est juste méga naze. Et faire un parallèle avec le monde d’aujourd’hui – la méchante humanité doit elle disparaitre ou bien mérite-t-elle une seconde chance, c’est so old.

noe-film-2

Bonjour, je suis le méchant. T’as de la bière ?

CASTING – 4/10

De jolis noms, certes, mais pas beaucoup de talent. Jennifer Connelly est une catastrophe, mais je lui pardonne. Russell Crowe joue le même personnage depuis Gladiator, Emma Watson est moins insupportable en Hermione, les fils de Noé sont aussi inexistants que le scénario et le méchant joue bien le méchant mais j’espère qu’il a reçu un gros cachet pour incarner un perso aussi caricatural. Quant aux dialogues, bwark. C’est la première fois que je vois un film patriotique alors que les Etat-Unis n’existaient pas à l’époque.

Quant à Anthony Hopkins, on se demande bien ce qu’il est venu faire là dedans.

TECHNIQUE – 5/10

Ça s’est quand même pas foulé. Rien de choquant, mis à part les jeans sous les costumes, mais rien d’impressionnant non plus. Alors qu’il y avait la place pour se faire plaisir. Avec un peu de bonne volonté, hein. Tssss.

noe-film-4

Je ne comprends pas… c’est Dieu qui t’a dit de ne plus te raser ?

BONUS (+1)

Les deux premiers fils de Noé s’appellent Sem (se prononce Chem) et Cham. Voilà.

MALUS (-1)

Et le troisième s’appelle Japhet.

TOTAL –  14/40

noe-film-3

Ça mouiiiiiiiiiiille ! VIte, un sèche-cheveux !
Frzgrzfzgrzfzfz.
Et merde…

Publicités

2 réflexions sur “Noé : le déluge

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s