Le marchand de matelas était gonflant

Mardi matin. Nous sommes à la mi-octobre, mais l’été ne s’est arrêté qu’hier, laissant place aux premières aurores grelottantes de la rentrée. Le changement fut brusque. Le ciel a troqué son bleu réconfortant contre un gris monotone. Dans les rues, entre les immeubles, tout est devenu lisse et terne. La lumière et les couleurs ont disparu pendant la nuit.

Il fait un peu plus de 10°C, mais la froide et soudaine humidité paralyse les os et les rares éclaircies ne consolent plus personne. Hier encore, le soleil réchauffait les peaux transies dans les courants d’air de l’automne. Aujourd’hui, il est redevenu ce froid soleil d’hiver. Un figurant, qui peine à nous éblouir.
On compte quatre saisons, mais il n’y a bien que deux soleils : celui qu’on regarde et celui qui nous regarde. Ce matin, je regarde un soleil qui m’ignore.

Il est dix heures. Je viens de traverser Paris, sans préparation aucune à cette brutale transition des astres, et je me tiens au premier rang d’une assemblée constituée d’une quarantaine de petits vieux.

Devant moi, debout, le représentant d’une marque de matelas italienne. A côté de moi, assise et furieuse, une amie que j’ai invitée à ce qui ressemble de plus en plus à une grosse arnaque. «Je ne suis pas sûre que je te le pardonnerai un jour», me lance-t-elle avant de se réfugier, boudeuse, dans son téléphone.

Nous sommes dans un restaurant pas dégueu du XIXe arrondissement. Ce qui nous a attirés ici ? Un repas gratuit et une «présentation privée aux produits Maisons de Toscane». Loin de tant de rêve, nous sommes installés dans une salle dont la moyenne d’âge dépasse l’espérance de vie, assistant à la publicité en réunion la plus agressive de l’histoire du commerce. (Depuis 6 000 ans, oui.)

invit

La surréaction de ces personnes en costume aurait dû nous mettre la puce à l’oreille.

Comble de cette triste matinée, nous sommes là parce que nous sommes au chômage. Quand tu es chômeur, tu as le temps. Le temps de faire ce que tu ne fais pas d’habitude. Par exemple, le temps d’entendre sonner ton téléphone fixe. Et le temps de décrocher. Le temps de parler à des opérateurs téléphoniques et de leur dire que non, tu n’es pas intéressé, peu importe ce qu’ils essaient de te vendre.

Ce jour-là, une opératrice à l’accent pas du tout italien appelait de la part de Maisons de Toscane. Elle souhaitait inviter mon ancien coloc à un déjeuner dans «un grand restaurant» précédé d’une présentation quelconque. «Il n’habite plus ici», lui dis-je. «Monsieur Bruce Wayne (ceci n’est pas un nom d’emprunt, j’ai vécu avec Batman) (même qu’on a partagé le même gel douche) n’habite plus à votre adresse ?», redemanda-t-elle, pour être sûre. «Non», confirmai-je fermement. «Dans ce cas, il me ferait un plaisir et un immense honneur d’inviter votre grande et altessissime personne à ce déjeuner extraordinaire et hors du commun !». Malgré l’abus de superlatifs et de formules de léchage de fion, j’ai accepté, car j’ai le temps et que je suis un rat. L’invitation étant valable pour plusieurs personnes, j’ai invité une camarade journaliste de petite taille qui venait de terminer son CDD. Mon cadeau de bienvenue dans ce monde dans lequel tu as le temps.

Naphtaline et tarte Tatin

Et ils sont où les saucissons ?

Et ils sont où les saucissons ?

Emplis d’un espoir né de la visite de ce site, nous nous délections depuis plusieurs jours de cette demi-journée de pique-assiette, entre dégustation de sauciflards et de pinards italiens et repas tout stylé et tout gratos.

Sauf qu’il ne s’agissait pas du bon site. Et que les «produits Maisons de Toscane» ne sont pas des saucissons, mais des matelas.

Ainsi nous voilà coincés dans une pièce qui sent la naphtaline. Trahis comme de la bleusaille, charmés par une Tatin de tomates comme un djihadiste est attiré par la promesse d’une armée d’hymens encore frais.

Face à l’assemblée, un petit homme replet, voûté, se prend pour plus jeune qu’il ne l’est. Il arbore une barbe de trois jours ratée (ce qui est en soit un exploit) et ses cheveux courts, débordant de gel, dessinent des piques érigées vers le plafond, tel un vibrant hommage aux années 1990. Son âge, proche de la cinquantaine, est toutefois trahi par sa connaissance avancée du monde des retraités et par la laideur de sa cravate.

Je ne peux m’empêcher de penser à David Brent, personnage phare de la série The Office et pire agent commercial de tous les temps.

David-Brent

Il est pour qui mon matelas ?

Tuant définitivement tout espoir de dégustation, David Brent prend la parole. Il ne faut pas longtemps pour deviner qu’il va la monopoliser en succession d’arguments de vente plus ou moins complètement cons subjectifs.

«Vous savez quelle est la durée de vie d’un matelas ? Cinq ans, tout à fait, et votre matelas, vous l’avez depuis combien de temps ? Cinq ans et demi ? Vous allez mourir ! Et voilà pourquoi.»

LES CINQ ETAPES POUR VENDRE UN MATELAS TROP CHER

1. Créer un problème qualitatif

Pour vendre un matelas neuf à quelqu’un, il convient de convaincre cet individu que son matelas actuel, c’est de la merde.

Exemple :

«Combien ça coûte un bon matelas ? Mille, mille-cinq-cents euros, hein, oui, voilà. Oui mais non ! Que votre matelas coûte cent, cinq-cents ou mille euros, ce n’est pas un bon matelas. C’est un matelas fabriqué en Chine, à la chaîne, avec des mauvais produits et transporté en fond de cale d’un cargo conduit par des enfants soldats qui assemblent des iPhone. TOUS, je vous dis ! Ce n’est pas possible qu’un matelas à mille euros vienne d’Europe.»

Suspicieux, j’ai mené une enquête approfondie auprès de mon propre matelas, acheté 540 € chez Darty Tut tut, pas de marque :

gifmatelas

Enquête reconnue d’utilité publique par Jocelyn Gourvennec.

2. Créer un problème médical

Si la cible de la vente ne semble pas convaincue que son matelas est une daube sans nom, pas de panique. Dites-lui alors que son matelas lui veut du mal. Ce fils de pute.

«L’argument de vente de tous les matelas aujourd’hui, c’est qu’ils sont anti-acariens. Mais comment on rend un matelas anti-acariens ? On met des produits dedans. Des produits toxiques ! Et la nuit, pendant que vous dormez, vous respirez ces produits par les pores de la peau. Après quelques mois, vous voilà foutus ! Et après trois ans, les produits ne font plus effet, et les acariens débarquent. Ils s’installent dans votre matelas. Seize mille au centimètre carré ! Ça fait dix millions d’acariens dans votre matelas ! Et vous pensez qu’ils ne vous font pas de mal eux ? Personne n’est allergique aux acariens ? Si, vous voyez bien.»

[INSTANT BLAGUE DE PETITE VIEILLE]

«- Ce qui fait du mal surtout, ce sont les cadavres d’acariens et leurs déjections.
Oui, parce qu’ils font caca, les acariens.
– LES ACACARIENS !»

Well done mamie

Well done mamie !

(Oui, bon, okay, j’allais la faire et la mémé a été plus rapide que moi.)

[FIN DE L’INSTANT BLAGUE DE PETITE VIEILLE]

3. Désespérer la cible

Comment donner de la valeur à vos propos ? Afin que les pigeons croient en votre bonne parole, il vous faut la rendre crédible. Pour cela, rien de plus simple : leur faire peur, encore.

«Est-ce que des personnes parmi vous ont mal aux articulations ? Oui, bien sûr. Le matin vous vous levez et hou là là, vous avez mal aux genoux, vous êtes tout cassés. Et quand vous allez voir le médecin, qu’est ce qu’il fait ? Il vous donne des anti-inflammatoires ! Ça soulage, c’est sûr, mais ça ne soigne pas. Est-ce que les médecins vous demandent depuis combien de temps vous avez votre matelas ? Jamais. JA-MAIS ! Et pourtant, c’est de là que vient tout le problème. Après cinq ans, votre matelas se remplit d’humidité. Et dans la nuit, quand vos articulations sont relâchées, l’humidité vient se loger entre vos membres. Et c’est ça, qui, le matin, vous fait mal aux genoux ! Rien d’autre ! Et les médecins ne savent pas comment vous soigner.»

Traduction : vous êtes foutus, et vous êtes tout seuls.

Pendant ce temps, mon ex coloc regrette son expatriation.

Pendant ce temps, mon ex coloc regrette son expatriation.

4. Avoir la solution

Arrivé à ce stade, le nombre d’études, sondages, enquêtes, lois, recherches ou même faux témoignages utilisés par David Brent pour appuyer ses propos est de zéro.

Il en vient alors à la présentation de son fameux matelas 3-BED (c’est la marque) :

  • Fabriqué en Toscane (quand même) ;
  • Des tissus naturellement anti-acariens ;
  • Pas de produits toxiques ;
  • Des matériaux révolutionnaires ;
  • Des technologies de pointe ;
  • Des «sous-brevets de la NASA» ;
  • Ultra léger ;
  • Ne conserve pas les odeurs ;
  • Répartit comme par magie le poids des personnes qui dorment dessus ;
  • Aération optimale ;
  • Pas d’humidité ;
  • Durée de vie de quinze ans ;
  • QUINZE ANS PUTAIN ! ;
  • Après quelques nuits, on n’a déjà plus mal aux articulations, on se sent plus jeune et on retrouve sa vie sexuelle d’antan.

Ce matelas est un miracle. Et va peut-être bien sauver la vie de ces retraités en perdition.

Nombre d’études, sondages, enquêtes, lois, recherches ou même faux témoignages utilisés par David Brent : zéro.

5. Faire des ristournes

Bien que mon amie et moi, en plus d’être les deux seules personnes de moins de 80 ans, semblons également être les deux seules personnes à estimer que tout ce beau discours manque d’objectivité et, tout simplement, de preuves, David Brent juge qu’une dernière touche de sentimentalisme ne serait pas de trop.

Aussi, puisant dans ses dernières ressources d’agressivité de vendeur à deux sous, il vient étaler sa connaissance de la retraite et tombe d’accord avec l’assemblée que débourser 80 € par mois pour son assurance santé, quand même, ça fait chier. Euh…

Enfin, sans aucune transition, il lève le mystère : son matelas de ouf coûte 3892 € ! Et 248 € l’oreiller.

Mais comme «oui, ça fait un prix» et, surtout, comme ses matelas n’ont pas l’air de se vendre, «si vous l’achetez ce matin, je vous fais une ristourne de 1500 € !»

Et comme si ça ne suffisait pas, David Brent se mue en animateur de foire et annonce qu’il est possible de payer en douze fois sans frais ! L’écran dévoile alors les détails de paiement, sous les yeux ébahis et émerveillés des quarante légumes en face de lui. Profitant de cet effet de surprise, il continue, toujours appuyé par le défilement de son écran. Vingt-quatre fois sans frais ! Trente-six fois sans frais ! Quarante fois sans frais ! Il enchaîne ainsi jusqu’à soixante fois sans frais, soit environ 40 € par mois.

«Quarante euros par mois, c’est deux fois moins cher que votre assurance santé ! Et c’est à peine le prix d’un médicament par jour !» Le discours de l’assurance avait donc un réel sens commercial. Et, alors que ton matelas te tue à petit feu, le sien aurait bel et bien de grandes vertus thérapeutiques.

«Mais si on meurt ?» demande une mémé. «Alors c’est votre succession qui assurera le paiement», répond-il, sans la moindre émotion ni empathie. Il parle depuis deux heures et son impatience de faire du chiffre commence à se sentir.

Souhaitant encore «faire des cadeaux» et surtout convaincre les derniers récalcitrants, il termine alors son discours par la livraison offerte et un essai gratuit de quinze jours.

Il y a au moins un petit vieux qui ne s'est pas laissé avoir...

Il y a au moins un petit vieux qui ne s’est pas laissé avoir…

Il est enfin midi. Le public se lève (doucement, on n’oublie pas qu’il a mal aux genoux) et, contre toute attente, ne se rue pas vers les tables dressées où nous attend un repas gratuit, mais vers ce très cher David, qui va enregistrer une vingtaine de ventes avant même que la Tatin de tomates ne soit servie.

Une vingtaine de personnes, peut-être plus, ont donc acheté ce matelas 3-BED ce matin-là. Une vingtaine de personnes vont peut-être se passer d’assurance santé, ne plus aller chez le médecin, payer 40 € par mois pendant cinq ans ou imposer cette dépense à leur descendance, pour un matelas soi-disant révolutionnaire dont on n’a aucune preuve de la qualité. Et tout ceci parce qu’ils pensent que le leur est fabriqué en Chine et leur veut du mal.

Et moi, face à ce triste constat, je me dis que même avec des centaines de déjeuners gratuits, je n’ai vraiment pas hâte d’être vieux.

David, lui, est content.

David, lui, est content.

Publicités

14 réflexions sur “Le marchand de matelas était gonflant

  1. Bonjour El cojano et Bruce Waine, qu’avez vous manger ?
    Avez vous eut du saucisson?
    Et en en dessert ?

    A samedi El cojano j espère que t’as répété pour les 20 ans de ton coussin.

      • Quelle regrettable violence ! Cher monsieur Lefouilloux, je reconnais volontiers les deux erreurs de grammaire commises par l’auteur du commentaire précédent (salut tonton !). Cependant, je regrette vivement votre ton. Je vous saurai gré d’utiliser un peu plus de finesse et de sarcasme dans vos propos. Moquez-vous, mais faites le bien ! Mettez-y du cœur ! Préférez l’ironie, bon sang ! S’il vous plaît, laissez de côté ce costume d’agresseur agressé, il ne vous va pas. Vous me semblez aussi aigri et oppressé qu’un militant de « La Manif pour Tous ».

        Si vraiment le besoin de vous défouler sur de malheureuses fautes de grammaire innocentes vous est insoutenable, je vous suggère plutôt de vous intéresser aux commentaires de cette charmante madysson, que vous trouverez juste en-dessous.

        Au plaisir.

  2. Je viens de vivre exactement cette démonstration ce matin à Vesoul par la même société produits de toscane.Le déjeuner était médiocre.Je n’ai rien acheté,mais je ne sais toujours pas si ce matelas était un vrai ou un faux 3-Bed;et quand je lui ai demandé où était le siège social de la société? « sur Perpignan sans autre précision ».Exactement la même argumentation au mot près.Pendant le déjeuner le vendeur avait déjà disparu.Si vous avez d’autres précision sur cette arnaque merci d’avance.
    Joël Toulot.

  3. Bonsoir moi perso je suis allez dans ces réunions j ai 40 ans pas vieille enfin je pense car au dires de elcojano seul les personnes âgées y vont où elle car chômage
    Moi je travail je suis cadre et j ai pu m y rendre la même semaine que vous peut être même le même jour je ne sais pas le menu et le restaurant était identique toujours ( comme quoi il n y avais pas que des personnes âges et l odeur de naphtaline vous me direz à quel moment vous l avez senti )
    J ai manger très bien ,j ai également acheter un matelas Comme beaucoup d autre et ne regrette pas ( peut être êtes vous frustrer de ne pas pouvoir acheter ce matelas …)
    ce monsieur qui avait d après elle mauvais goût et ce prenais pour un jeune moi je le trouve plutôt pas mal et je n était pas la seules faut il avoir du goût encore ce qui n est pas le cas de cette personne qui critique tous et ne trouve rien de bien
    Alors madame si cela était aussi pénible pourquoi être rester ? Si la présentation était nul le vendeur laid avec aucun goût d après vos dires pourquoi être rester ???
    Je pense plutôt que vous êtes quelqu’un qui n avez comme vous l avez dit pas grand chose à faire et la critique est un art que seul les c.. Peuvent cultivés !!
    Je pense que moi cliente et ravis en plus ainsi que des milliers de client non pas du tous votre point de vue il serait bien de savoir se remettre en questions plutôt que de croire que l monde tourne autour de vous .
    Je tiens à rajouter que je suis ravi de ce matelas et que heureusement pour lui il n’a pas que des clients comme vous car son métier serait d une pénibilité exemplaire
    Sur ce Bonn soirée

    • Bonjour Madysson. J’ai eu un mal fou à déchiffrer ce commentaire plein d’amour. Il m’a fallu le relire deux fois pour comprendre que je suis cette « madame » à laquelle vous faites allusion. Je suis au regret de vous annoncer que je suis en réalité un jeune homme (grand, musclé et beau gosse). Je tiens également à vous informer que votre commentaire contient 24 fautes d’orthographe et de grammaire, c’est beaucoup. En outre, en réponse à ce ton joyeux et amical que vous employez à mon endroit, je ne résiste pas à la tentation de vous inviter à acquérir cet ouvrage : http://www.amazon.fr/LHumour-pour-nuls-Gordon-Zola/dp/2754019561. Offrez-le vous pour Noël et lisez-le attentivement, le monde n’en sera que meilleur !
      Des bisous :)

      • Bonsoir monsieur je sais tous et critique tous juste vous dire que c est dommage qu un homme jeune beau et muscler comme vous vous décrivez soi incapable de se remettre en question et ne pense qu a descendre les gens et tous ce qui l entoure le livre je vous conseil également de l acheter il pourrait vous être utile car pour être aussi aigri …. Y a pas beaucoup de solution sauf de se remettre en question se qui a première vue ne fait parti de votre vocabulaire … Mais j oubliais que le seul art que vous êtes capable de cultiver comme tous les C… C est la critique bonne soirée monsieur je sais tous

      • Bonjour Madysson.
        Manifestement vous avez vous-même l’air d’en connaître un sacré rayon sur ma personne. Après la lecture d’un seul article, je dis chapeau ! :-) Malheureusement je n’en sais pas autant que vous l’insinuez (et vu l’assurance avec laquelle vous l’insinuez, je pense même en savoir moins que vous). Par exemple, je ne sais pas faire une fondue de poireaux, alors que j’aime beaucoup ça, les fondues de poireaux. Avouez que c’est dommage.
        Ce que je sais en revanche, c’est que cet article n’était pas destiné à offenser qui que ce soit, mais plutôt à faire marrer les copains. Je suis sincèrement désolé que vous l’ayez pris ainsi.
        N’hésitez pas à réagir si vous vous y connaissez en fondues de poireaux et êtes disposée à partager avec moi ce savoir-faire. Mais sinon, ne vous sentez pas obligée.
        Bonne journée à vous !

    • Bravo..pour ma ma j ai acheté ce matela.il faut savoir qu il n y a pas de comparatif sur le marché. Le brevet est bien protégé. Très bonne article en tout cas je dort très bien . désolé pour les personnes qui contrôle chaque frappe de mot .concernant les fautes d’orthographe ……mdr

  4. Je comprends pourquoi vous êtes au chômage à force de critiquer les autres j’espère que vous le resterez longtemps comme ça vous n’aurez jamais les moyen de vous l’acheter ce matelas

  5. je suis utilisatrice de CE matelas et vous prie de croire que je le recommande mille fois. Le problème est qu’il est très cher mais une très bonne literie en magasin est très chère aussi. Le commentaire qu’on vous fait avant la vente est justifié et il est réel. Depuis près de 2 ans j’utilise ce matelas, plus aucune douleur au
    matin et pourtant j’ai 72 ans et j’en avais des douleurs (ostéoporose avancée), donc l’histoire de l’humidité est réelle. Personne n’est obligé d’acheter, mais moi qui suis très sceptique j’ai acquis ce matelas car ce sera certainement le dernier de mon existence et franchement je ne le regrette pas. Dès le lendemain de ma première nuit, j’avais un résultat. Alors vous êtes libre de croire ou pas mais parlez de ce que vous connaissez.
    Bonne journée à tous.
    Clodaliss

  6. bonjour j ai achete ce matelas tres confortable tres bien une seule chose je devais avoir une camera en cadeau et j attends toujours le vendeur devait me mettre son numero de telephone il est parti sans me le donner dommage car mes deux enfants devait en commander

  7. Bonjour, tombé par hasard sur cet article je ne peux m’empêcher de donner mon avis (ou du moins mon ressentie malgré les dates anciennes des différents posts). Histoire de « planter » le décor je vends de la literie depuis plus de 30 ans (37 précisément) et professionnellement nous connaissons ses « genres » de concepts de vente (souvent auprès effectivement de personnes seniors). Alors je ne peux pas dire que leurs produits soient bons ou pas bons mais je peux vous dires que vous les avez sur- payés ça c’est sûr. De plus il faut savoir qu’un matelas n’est pas forcément bon ou mauvais il est simplement plus ou moins bien adapté à la morphologie de chacun. Le ressenti d’un même matelas différera en fonction du poids de l’utilisateur de sa morphologie voire de son gout personnel. Pour réagir à certains posts: un vendeur qui part sans laisser son numéro de téléphone pour vendre d’autres matelas….car même bizarre soit trop riche soit peut-être quelques choses à se reprocher et peut-être pas envie que l’on le retrouve (lol) … 3892 € le matelas soi-disant vendu 1500€…plus de 60% de remise, plus le déjeuner « gastro » gratuit, plus le salaire du vendeur, des assistants, et sans oublier la matière première dites « high-tech » pour fabriquer le matelas etc ….Je rêverais en tant que commerçant d’avoir des marges bénéficiaires comme cela car j’imagine que cette fameuse marque de literie est car même là pour gagner de l’argent. Bon enfin je pourrais continuer encore et encore…. mais après tout le principal c’est que les gens qui l’ont acheté dorment bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s