Et si on parlait des vrais problèmes ?

D’un point de vue tout à fait objectif, nous vivons dans une époque complètement nulle. Une époque merdique à souhait, rythmée en grande majorité par trois sujets majeurs : le foot, la télé et la politique.

Le football professionnel n’est plus un sport populaire mais un business ignoble souillé par la corruption et les scandales financiers et humains.

La télé est un véritable ramassis de connerie victime de l’immédiateté et de l’infobésité.

La politique d’aujourd’hui consiste à reprocher au camp d’en face de faire exactement la même chose que vous : mentir, ne pas être au service du peuple et se faire traîner en justice.

Une grande partie de la population déclare se désintéresser totalement de ces trois sujets. Pourtant, ils occupent toujours une part importante de notre quotidien.

Si le foot est suffisamment autonome en filsdeputerie et n’a plus besoin de personne pour n’avoir aucun scrupule à te faire payer des centaines d’euros une place dans un stade qui aura (littéralement) coûté la vie d’ouvriers mal traités – je dis ça, je suis abonné à BeIn (shame on me), la politique et la télé sont complémentaires. La première crée une connerie, la seconde l’amplifie. Exemple : Robert Ménard. (Fin de l’exemple.)

Détourner l’attention

Depuis quelques temps, le monde est particulièrement fourni en trucs plus ou moins relous : Daesh, la Syrie, les migrants, les violences policières, le chômage, le dernier album de Céline Dion… Face à cette tourmente, notre bien-aimée classe politique a une stratégie imparable : détourner l’attention.

Créer de faux problèmes.

« Tiens, des milliers de personnes fuient leur pays en guerre et nous demandent de les aider ? C’est des terroristes, bloquons vite nos frontières ! » « Quoi, l’écologie est à la traîne et le changement climatique se poursuit ? Mais enfile un bikini, tu vas crever de chaud avec ton truc ! » « Qu’entends-je, 70 % de la population ne veut pas de notre loi sur le travail ? Oh regardez, les gens qui sont censés protéger les salariés ont pété des carreaux ! »

En cette rentrée, et ce malgré quelques pauses fraîcheur qui ont fait du bien pendant l’été (les beaux moments des JO, Stranger Things et la première place de Guingamp en Ligue 1) (merde, encore du foot), j’en ai un peu ras le cul. Un peu carrément même.

La volonté manifeste de nos dirigeants (qui sont un peu nos employés, soit-dit en passant) de ne rien faire d’utile, et la grande difficulté de réfléchir à un autre système de gouvernance me poussent à croire que les changements ne viendront que de nous, les gens.

C’est pourquoi j’ai décidé de péter un coup de gueule. Sur Twitter, j’ai consacré ma toute première #tweetstory à un VRAI problème. Un problème oublié. Un mal qui nous aveugle. Et dont personne n’ose parler.

J’espère que mon message sera entendu et permettra d’éveiller les consciences.

parapluie2Salope

Là j’ai fait une faute de frappe, mais c’est parce que j’étais encore sous le choc.

parapluies

Et niquez vos mères !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s